l'Eau source de vie

L’eau source de vie….  juin 2018
 
Enfin, l’eau est arrivée, grâce au forage et à la pompe solaire financés par deux collèges dijonnais (Malraux et Clos de Pouilly).   
Ce qui va changer ? les enfants de l’école n’ont plus des kms à faire avec des seaux  sur la tête pour arroser les arbres de la cour de l’école, et apporter à boire dans les salles de classe. Les femmes peuvent enfin cultiver un jardin potager crée à cet effet, en agro écologie. Elles vont régaler la famille de légumes tout frais. S’il en reste elles vendront leur surplus.  
Etonnée de voir le regard d’une personne qui n’avait jamais vu un robinet duquel coulait de l’eau, mais le matériel est fragile, il faut sécuriser l’espace.  
  
Les enfants dont les petites filles ne subissent plus la corvée de l’eau, le robinet est dans la cour de l’école, elles peuvent boire et s’occuper des arbres. Il reste à aménager le coin pour éviter le gaspillage  Au fond de l’image, la troisième salle de classe qui sera terminée et aménagée à la rentrée 2018. Elle recevra environ 80 enfants grâce à la sensibilisation et à la volonté des parents d’envoyer leurs enfants à l’école près de leur domicile.  
  
 
Projet éducation pour chacun  
L’objectif « tous les enfants doivent être à l’école » est en très bonne voie, de zéro en 2014, à 200 enfants,  à la rentrée 2018. Les autres suivront une alphabétisation dans une classe passerelle ils seront une quarantaine en janvier 2019 pour au maximum 3 ans. En effet,  au fur et à mesure de l’acquisition des connaissances nécessaires,  ils réintégreront la classe qui correspondra au niveau de compétences acquis. Il s’agit d’un dispositif pédagogique mis en place par le ministère pour lutter contre l’analphabétisme.  
Les villageois construisent bénévolement la troisième salle de classe,  le week end, par tour de rôle des hommes de chaque hameau.  
  
      Grâce à l’eau courante,  le jardin potager de l’école est né. Le périmètre est clôturé. Les femmes se sont fait aider par les hommes pour créer les sillons, lors de la formation en agro écologie. Ce n’est pas simple, les femmes abandonnent les pesticides et les engrais, font le compost. L’association Doni Blon est venue plusieurs fois et assure encore le suivi. Par exemple les femmes ont contacté les formateurs car les lézards grignotaient les feuilles, les spécialistes de l’association leur ont donné une recette naturelle pour les faire fuir.   
  
  Les femmes s’organisent, ce n’est pas simple, elles doivent changer leurs habitudes, travailler ensemble entre ethnies, entre générations. Nous n’intervenons pas, c’est le directeur de Doni Blon, association de formation malienne, qui explique aux femmes comment elles peuvent s’organiser pour que la vie soit meilleure pour elles et leurs enfants. Dans le respect de nos objectifs  


Ajouté le 18/08/2018 par PNS - 0 réaction

Réagir


CAPTCHA