Djenné/Djeno

Djenné est située à 130 km au sud-ouest de Mopti et à environ 570 km au nord-est de Bamako (la capitale nationale), c’est l’une des villes les plus anciennes d’Afrique subsaharienne. Comme un défi à la face du monde, pour lutter contre le sort qui a fait baisser la fréquentation touristique  d’une façon drastique entrainant l’augmentation de la pauvreté comme au  pays dogon, à Tombouctou, à Gao, Djenné se dote d’un superbe musée (financé par l’union européenne), qui va bientôt ouvrir ses portes. En face se construit un marché des artisans. Dans ce superbe musée de style soudanais, seront visibles les objets trouvés sur les quatre sites archéologiques Djenné Djeno, Hambarkétolo, Kaniana et Tonomba,. Habité depuis 250 av. J.-C., le site de Djenné s'est développé pour devenir un marché et une ville importante pour le commerce transsaharien de l'or. Aux XVe et XVIe siècles, la ville a été un foyer de diffusion de l'islam

Les 4  « Villes anciennes de Djenné », forment un site inscrit sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.  Il apporte un témoignage exceptionnel sur les civilisations pré– islamiques du Delta intérieur du Niger. La découverte de nombreuses structures d’habitat sur le site de Djenné Djeno ainsi que d’un riche patrimoine mobilier en terre cuite et en métal, en font un site archéologique majeur pour l’étude de l’évolution de l’habitat, des technologies et de l’artisanat. Les vestiges sont intacts (tessons de poterie, jarres funéraires, restes de murs et de maisons circulaires ou rectangulaires en briques rondes en terre crue - djenné ferey -, statuettes et briques en terre cuite, scories de fer, meules, broyeurs et sépultures d’inhumations islamiques). Des fouilles effectuées en 1977, 1981, 1996 et 1997, ont révélé une passionnante page de l’histoire de l’humanité remontant au 3ème siècle avant Jésus Christ,  l'occupation humaine y a été continue de 250 av. J.-C. au XIVe siècle

La découverte de restes organiques, dont un grand nombre de grains de riz africain, a permis de beaucoup mieux comprendre comment s'y était développée la riziculture. D'autres toguere, comme ceux de Hambarketolo, Tonomba et Kaniana, ont également livré d'importantes découvertes. Toutes ces collines, qui étaient un refuge naturel à l'époque des crues, sont des sites archéologiques potentiels, et méritent à ce titre d'être protégées.

Au XIVe siècle, Djenné-Djeno a été abandonnée en faveur de Djenné, qui était habitée depuis le XIe siècle. L'histoire du sacrifice expiatoire d'une jeune fille, Tepama, murée vivante pour garantir la prospérité de la ville, doit être replacée dans le contexte religieux d'une époque où les croyances animistes et le fétichisme ne s'étaient pas encore effacés devant l'islam. Introduit par des marchands Marka, ce dernier ne s'est pas affirmé avant la fin du XIIIe siècle, époque à laquelle le sultan Koumboro s'y convertit. Il abandonna son palais et en fit la première mosquée de Djenné ; celle-ci fut détruite en 1830.

Comme Tombouctou, Djenné a connu son âge d'or aux XVe et XVIe siècles. La ville était alors un centre majeur de diffusion de l'islam. Prise par les Marocains en 1591, puis par les Peuls en 1810, par les Toucouleur en 1862, enfin par les troupes coloniales françaises en 1893

A Djenné, la mosquée est exceptionnelle, de grande valeur monumentale et religieuse.  Influencée par l’architecture du Maroc (1591), et marquée plus tard par l’avènement de l’Empire Toucouleur en 1862, l’architecture de Djenné se caractérise par sa verticalité, ses contreforts qui scandent les façades des maisons à deux niveaux dont l’entrée est toujours particulièrement soignée. La reconstruction de la mosquée (1906-1907) a abouti à la réalisation d’un monument représentatif de l’architecture religieuse locale. Cette architecture de terre, un des critères de l’inscription du bien sur la Liste du patrimoine mondial subi depuis des décennies des modifications altérant son esthétique comme entre autres: l’introduction des matériaux modernes comme le ciment, les briques cuites, des portes et fenêtres métalliques; la disparition des éléments décoratifs de la façade, caractéristiques de l’architecture de terre de Djenné., Djenné ne connut aucune nouvelle phase de développement important jusqu'à ce que le Mali ait conquis son indépendance. La période coloniale a laissé des traces importantes sur la ville, notamment avec la reconstruction de sa grande mosquée, en 1906-1907. Ce monument, construit pour 3 000 fidèles, est cependant un pastiche assez réussi de l'architecture religieuse locale.

La transmission des techniques constructives est assurée par les Barey, corporation des maçons de père en fils.

Enfin, à travers l’esprit, la sagesse, l’accueil et la grande mosquée, Djenné reste et demeure la “ville pieuse”.

 

 

 

 

 



Ajouté le 29/08/2013 par PNS, recherches - 1 réaction

Les réactions

Avatar Larryfar

If your partner complains that you snore during your sleep, or if you wake up in the morning feeling tired and grouchy, you may have a common sleep disorder called sleep apnea. This means that at night, your airway is blocked and you stop breathing during your sleep. If you have this condition, you need to find treatment right away to avoid further problems. If you suffer from sleep apnea, you should use a Continuous Positive Airway Pressure machine while sleeping. This will help you treat your sleep apnea and get you on the path to having a full nights sleep. This machine uses either a face or nasal mask to pump air while you sleep. If you have sleep apnea, try sleeping on your side. If you are a back or stomach sleeper, gravity is working against you all night. Your airway is much more likely to collapse if you are facing straight up or down. Sleeping on your side instead makes it much easier for your body to maintain your airway as you sleep. If you have tried a number of less drastic sleep apnea treatment options, you might want to consider discussing surgical treatment options for the condition with your primary care physician. Sleep apnea treatment surgery often involves increasing the diameter of your airway in an effort to reduce the number of apnea episodes that you experience. People who do not have a partner sleeping with them may not know they suffer from sleep apnea. If you wake up with a dry or sore mouth, wake up out of breath, have morning headaches, insomnia, and/or go to the bathroom frequently during the night, you may have sleep apnea and should talk to a doctor. Don't give up on treatment for sleep apnea after one doesn't work. There are a variety of treatments for your condition, so finding the right one is sometimes a process of trial and error. The number and severity of your symptoms influence what treatment is correct one for you. Giving multiple treatments a chance ensures you find the one that works the most effectively. If you have been diagnosed with sleep apnea, it is important to avoid drinking alcohol. Alcoholic beverages will relax the muscles in your throat, which makes it more likely that they will block your airway during your sleep. At the very least, avoid any alcoholic beverages in the evening before you get ready for bed. The most important aspect of dealing with sleep apnea is understanding exactly what it is. Unlike simple snoring, it is when a sleeper stop's breathing for a short period of time while he is sleeping. If your sleep partner tells you that sometimes you stop breathing, there is a good chance you have apnea. If simple changes in your lifestyle, such as regular sleep hours and losing weight, have not eliminated your sleep apnea episodes, it is time to consult with a sleep specialist. The specific causes of your sleep apnea can be evaluated, and an individual treatment plan can be designed for you. There are several things that can trigger sleep apnea and there are many treatments. Since you have read this article, you have increased your knowledge about dealing with your sleep apnea. Pass this knowledge on to others whose lives may be affected by this condition. A great night of sleep is still very possible for you. viagrasansordonnancefr.com

Le 18-03-2017 à 06:59:22

Réagir


CAPTCHA